Le REF décerne pour la huitième année sa Médaille d’Honneur à ceux de ses membres les plus anciens et les plus fidèles des soixante dernières années. Elle a déjà été attribuée à 113 d’entre eux de 2008 à 2016. Cette année, la médaille 2016 est décernée à 18 de nos grands anciens, membres de l’association, qui satisfont aux trois conditions suivantes : être nés avant le 1er juin 1933, avoir adhéré au REF avant le 30 septembre 1956 et avoir cotisé à l’association jusqu'à l’année 2016 incluse.

Le résumé du parcours radioamateur de chacun de ces grands anciens, tel que le Service Historique du REF a pu le recueillir, est publié dans ce numéro de Radio-REF et pourra être consulté sur le site du REF à la rubrique du SHREF.

La médaille d’honneur 2016 leur sera remise, à eux-mêmes ou à leurs représentants s’ils ne peuvent être présents, par le président du REF lors de l’AG 2017 qui se déroulera à Saint-Saturnin, une localité proche du Mans, dans la Sarthe.

Gérard F2VX responsable du Service Historique du Réseau des Emetteurs Français.

 

F2WS, REF 9491 présenté par F8LDX.

Pierre Peruchon F2WS est né le 18 août 1924 à Ault (Somme). Il devint membre du REF sous le n° 9491 (15ème section) en mai 1956. Résidant à Garches (78) il eut comme parrains F8QB et F8YT. Ingénieur électronicien, il travaillera dans diverses entreprises. F2WS s’intéressera principalement au trafic DX. En 1966, avec F2UM, F3DX et F9MR, il sera l’un des 4 mousquetaires qui organisèrent la première DX-pédition sur l’archipel de Chausey (50), avec l’aide logistique de F2NX de Granville. 750 kg de matériels divers seront transportés grâce à la vedette de Gérard F2NX et l’aide de F9SR et F9RC. 800 QSO seront effectués (105 pays et 35 zones contactés). Aujourd’hui, F2WS s’intéresse principalement à la programmation informatique.

 

F3JK, REF 8497 présenté par F8LDX

Jean Grammont, F3JK est né le 21 juillet 1931 à Lannepax (Gers), a adhéré au REF le 1er avril 1953 sous le n° 8497 à Aspretto (Corse). Il commencera sa carrière professionnelle comme officier radio de marine marchande pendant 12 ans et voguera entre l’Afrique et l’Indochine. Une seconde carrière comme technicien au commissariat à l’énergie atomique y fera suite. Il participera au réseau d'urgence organisé à l'occasion du grand tremblement de terre d'Agadir en février 1960. Localement, il participera à plusieurs manifestations de promotion du radioamateurisme, dont celle du 50ème anniversaire d'un réseau de résistance avec la fameuse valise. Il sera également membre de l'ADRASEC 21 et de l’UFT sous le n° 84.

 

F3UE, REF 8331 présenté par TK8GZ.


Robert Herold F3UE est né à Colmar (Haut Rhin) le 7 septembre 1931. Il a adhéré au REF sous le numéro 8331 le 12 octobre 1952, alors qu’il était étudiant. Il demeurait alors à Besançon dans le Doubs, et fut parrainé par Ernest Hertzog F3TO et Emile Vulquez F9CW. Il passa sa licence et obtint à cette époque l’indicatif F3UE. Il quitta ensuite le Doubs pour Châtillon (Hauts de Seine), puis Montesson dans le 78, où il réside encore aujourd’hui.
Ingénieur chimiste de formation, il rentre chez THOMSON/CSF pour tout ce qui touche la chimie dans l’électronique. Il y travaille pendant 30 ans, successivement à Bagneux (où il est membre du Radio-Club Thomson-CSF), Vélizy, Sartrouville (17 ans) dans la division radars de surface. Etudes à Bagneux et Vélizy, puis fabrication à Sartrouville.
Robert est membre du radio-club Hervé Ribaucourt de Maisons-Laffitte (F6KBF), radio-club très actif en formation de jeunes et en promotion du radioamateurisme (avec l’émission « faut pas rêver…» encore dans toutes les mémoires). Robert a réalisé de très nombreux articles techniques (une simple consultation sur Internet suffit encore à retrouver sa boîte de couplage)
Robert est toujours actif en décamétriques et VHF.

 

F6EYK, REF 8392 présenté par F8LDX.

Bernard Stroh F6EYK est né le 20 mai 1932 à Brunoy (Seine et Oise de l’époque) où il passera la plus grande partie de sa vie, jusqu’en 1983. Il adhère au REF en janvier 1953 sous le n° 8392, parrainé par F9JC et F3SC. Dans les années 50, il travaillera dans diverses entreprises de la région parisienne, dont celle de J. Oehmichen F8DG (Société Oehmichen de Métrologie Industrielle). Il sera secrétaire du REF 91 de 1974 à 1977. Il fournira également des sujets pour les documents du REF. Il obtient son indicatif en 1977, trafiquant au départ en QRP (HW7) puis plus tard avec un HW32A. De 1978 à 1979, il sera envoyé en Grèce, à l’usine Aluminium de Grèce, comme dessinateur-projeteur. Sans accord de réciprocité entre les deux pays il ne pourra, à son grand regret, obtenir un call SV. En 1983, il est muté professionnellement dans la région grenobloise pour son employeur, Aluminium Pechiney. Il est également le père de René-Yves Stroh F1PYK. Bernard F6EYK réside actuellement à Voiron (38).

F1APB, REF 9255 présenté par F8LDX.

Jean Moulene F1APB est né le 14 juillet 1932 au Blanc (Indre). Il adhère au REF en octobre 1955 sous le n° 9255 (12ème section) parrainé par F3HV et F3ET. Pris par son travail de médecin-généraliste de campagne, il n’aura jamais vraiment le temps de trafiquer. Il n’a pas souhaité se voir attribuer la Reconnaissance du REF pour l’instant.

 

F6BYI, REF 8700 présenté par TK8GZ.

André Molinier F6BYI est né le 31 juillet 1932 à St Amans des Côts en Aveyron. Il a adhéré au REF le 27 janvier 1954 sous le numéro 8700, parrainé par Robert BARBIER F9QD et André LOOTEN F2EA, de la 21ème section du REF. Il était militaire à la 1ère compagnie du 18ème R.T d’Epinal dans les Vosges. Il a eu comme indicatifs F1BR en 1962, puis F6BYI en 1973. Après avoir obtenu un BEI et quelques CAP au collège technique Monteil à Rodez (12), il entre à la seule Ecole des Métiers de l’EDF de l’époque, située à Gurcy-le-Châtel en Seine et Marne. A l’issue de cet enseignement, il est affecté à l’usine de Chedde (Passy) du groupe de production hydraulique de Savoie dont le siège est à Annecy. Puis il se présente au concours de la promotion ouvrière d’EDF, et après deux ans d’études à Paris à l’Ecole spéciale des Travaux publics, il est affecté à Saint Dizier, au centre de distribution, en tant qu’ingénieur Travaux au service technique Electricité, puis ingénieur Sécurité Organisation avant de revenir à la technique en tant qu’adjoint au chef de subdivision de Chaumont, en Haute Marne. Une activité professionnelle conséquente qui ne l’empêche toutefois pas de poursuivre constamment son activité OM jusqu’à sa retraite qui le ramènera en Haute-Savoie. Actif sur le relais VHF de Chaumont (52), sur le relais UHF de l’Aiguille du Midi (3800 mètres) aujourd’hui démonté, sur le relais packet du Mont d’Arbois FE6BYI-5 (74) également démonté, sans oublier les nombreux QSO mobile /Ski (sans lunettes, gardées dans le sac...) sans doute à l’origine de ses problèmes de DMLA, un sport qui lui permet néanmoins d’être en bonne forme pour profiter de sa retraite.

 

F3YP, REF 6812 présenté par F1DUE.

Jean-Marie Gaucheron F3YP est né le 7 septembre 1932 à Troyes (10). Il rejoint le REF le 6 octobre 1949 sous le numéro 6812 et passe son examen pour devenir F3YP le 11 avril 1950. Je ne parlerai pas ici de la vie professionnelle bien remplie de Jean-Marie, ni de ses activités radioamateur que vous pouvez retrouver sur le site du SHREF car je préfère mettre en exergue, par ces quelques lignes, le parcours exceptionnel de F3YP au sein de notre association. La première étape sera franchie au mois de décembre 1987, puisqu’il est élu président du département de l’Eure. Il franchit une autre étape le 10 juin 1990, lors d’une réunion régionale présidée par Pierre F8BO : il est nommé délégué régional de Haute-Normandie et devient administrateur du REF. Lors de la formation du bureau du CA le 23 juin 1990, il en est désigné secrétaire sous la présidence de Jean-Pierre F1FOD (F5FOD), poste qu’il occupera jusqu’à l’AG de 1992 où il présente sa candidature pour être vice président du REF. Enfin, à l’AG de mai 1993 à Lyon, il franchit une ultime étape et devient le 22ème président de notre association. Il quittera sa fonction à l’AG de Tours en mai 1999, atteint par la limite des 9 ans au CA. Dès 1993, le président s’investit complètement dans sa fonction sans ménager son temps pour gérer l’association, le personnel, mais surtout pour mettre en place les nouveaux statuts votés quelques années plus tôt. Témoin de cette période comme DR du CA, je peux affirmer que Jean-Marie a examiné à chaque CA les demandes des départements et des régions pour devenir des ED et des FR. Travail délicat, car il fallait regarder en détail les statuts proposés et voir s’il y avait des incompatibilités avec les statuts du REF, avant de les faire valider par les administrateurs. Ce très gros travail, pour lequel il est assisté par Jean-Louis F5RPQ, se terminera à la fin de son mandat. En 2003, F3YP sera nommé président d’honneur en témoignage de son engagement pour le rayonnement national de notre association et pour la défense de l’émission d’amateur. Aujourd’hui, Jean-Marie est toujours actif au sein du service historique. Lorsque sa maladie lui laisse un peu de répit, il profite de la compagnie de son épouse Marie-Denise F6AYL, de ses trois fils dont l'un est F6FAY, de ses petits enfants et de ses arrière-petits-enfants.

 

F3NH, REF 7538 présenté par F2VX.

Roger Gaillard F3NH est né le 22 septembre 1932. Il a toujours vécu dans le département de la Vienne, où il exercera sa profession de « dessinateur industriel ». Il adhère au REF en décembre 1950 sous le n° REF 7538, et rejoint le groupe des « mousquetaires poitevins » de l’époque, à savoir F9XA, F3ZZ, F8AU, F3NH et F3HF… Puis, après avoir effectué une formation E.O.R. à Saint-Maixent (79), Roger est affecté pour son service militaire, comme sous-lieutenant, aux transmissions du 1er Régiment de Marche du Tchad en Algérie. En 1956, à la fin de son service en Algérie, il intègre, en tant que dessinateur civil, le Génie Militaire. Puis sa carrière évoluera, et après un passage par une société de travaux publics en électricité rurale, il rejoindra la Compagnie des Compteurs (Schlumberger) à Poitiers, où il restera pendant plus de 25 ans. En 1988, c’est la « retraite » et Roger reprend l’émission d’amateur, actif en décamétriques et VHF. Toute sa vie durant, Roger F3NH reste fidèle au REF et à sa « section locale – 20ème section du REF » puis « REF-86 ». Il est toujours présent aux AG du REF/86 et sur le QSO local en VHF.

 

F1CLJ, REF 9055 présenté par TK8GZ.

Jean Menuet F1CLJ est né le 13 novembre 1932. Il adhère au REF en février 1955 sous le numéro 9055, parrainé par Marcel Grillot F8UX qui était son chef chez Sonora à Puteaux ou il travaillait au service des appareils de mesures. C’est lui qui lui m’a donné le virus du radio amateurisme. Jean, tient à préciser Marcel, « était un technicien hors pair. Il connaissait beaucoup d’astuces dans la profession. Il aurait fait osciller un fer à repasser ! » C’était l’époque de la Guerre froide. L’émission radio était très réglementée ; les stations d’amateurs étaient contrôlées. Marcel avait souvent ce genre de visite : on lui reprochait une surpuissance d’émission. Il dissimulait dans un placard un ampli de 800 watts (qu’il appelait « Tonton » ; il commutait celui-ci selon les QSO. » Les années défilant, Jean n’arrivait pas à concrétiser ce qui était devenu un rêve. C’est beaucoup plus tard, en 1971, que se présenta un concours de circonstances favorables. Il habitait alors à Rueil-Malmaison, dans un quartier neuf dépourvu d’équipements et d’animations. Un de ses voisins, élu municipal, avait fait des démarches pour obtenir des locaux sociaux dans les immeubles HLM récemment construits. Il avait réussi à obtenir satisfaction, et ensemble ils ont créé une association socioculturelle pour gérer ces locaux. Après y avoir installé une bibliothèque et d’autres pôles concernant des activités variées, il restait des surfaces disponibles. Jean a suggéré la création d’un radio-club. Le projet fut adopté. C’est ainsi qu’avec un collègue de travail de Dassault Electronique où ils étaient ingénieurs électroniciens qu’ils ont créé le radio-club de Rueil-Malmaison avec l’indicatif F6KFA, sous la responsabilité de F5IB vis-à-vis de l’administration de tutelle. Ils avaient désormais le lieu et toute latitude pour passer leurs examens radioamateurs. Ce fut F6CRR pour son collègue Roland Rousseau, et pour Jean F1CLJ. Il complète en ajoutant « Au début nous n’avions pas d’antenne. Or un radio-club sans antenne est une marmite sans couvercle ! Gilles Bassanoni F6DCZ, technicien EDF, nous a rejoints. Sa profession lui donnait de grandes possibilités pour installer des antennes très performantes, ce qui fut fait. Jean Pierre Briant F1BCT, par la suite, a énormément contribué aux travaux d’amélioration du club. De nombreux OM nous ont rejoints, en particulier Bernard Grégoire F6CME. Il naviguait en tant qu’officier radio électronicien sur des pétroliers et nous contactait régulièrement avec sa station personnelle embarquée avec ses bagages. F6CGT, F6CGU, F6CRX, F6GYJ, F6CPB, F5IB, F9ED, F6HSE, F6FUU étaient les piliers du club. Tous ces OM, dont beaucoup malheureusement ont disparu, ont fait les grandes heures de F6KFA. A cette époque, nous nous limitions strictement aux activités radioamateur. Maintenant, la municipalité de Rueil nous loge dans un autre centre culturel tout neuf et nos activités sont très diversifiées. Nous ne pouvons ignorer, d’une part, que le numérique règne désormais en maître ni, d’autre part, qu’il est devenu possible de communiquer, bien au-delà de la Terre, avec des vaisseaux spatiaux. Tout récemment, nous avons établi un contact ARISS entre le célèbre astronaute Thomas Pesquet et plusieurs élèves des écoles de la ville de Rueil. Cette performance, nous la devons à F6ISC Joseph Lemoine et F6GYJ Jacques Guiblais avec le soutien de l’équipe de F6KFA ». Et de conclure « Que de progrès scientifiques et techniques ! Et quel enthousiasme chez les radioamateurs d’hier et d’aujourd’hui ! Je me réjouis d’avoir participé à une telle aventure. » Jean a eu un investissement associatif important. Il est président du radio-club de Rueil-Malmaison F6KFA, mais il a été aussi membre de l’AMSAT France, président de l’ARAM 92…

 

F 14204, REF 7342 présenté par TK8GZ.

Marcel Chadaigne F-14204 est né le 13 janvier 1933. Il a fait ses études à Poitiers (86), apprenti imprimeur typographe sur Minerves du livre SFIL. Il adhère au REF suite à la participation des radioamateurs de la Vienne à la foire exposition de Poitiers en mai 1950, sous le numéro 7342. Il est initié à la radio par Michel F3ZZ et F8AU... Il continue ses études par des stages SNCF à Tours (37), menuiserie, câbleur soudeur radio GODY à Amboise (37). Il effectue son service militaire formation à Stetten en Allemagne, Konz secrétariat service du matériel, radio militaire en Algérie à Tlemcen, Beni Badhel barrage. Il est maintenu sous les drapeaux un an. A son retour à Poitiers (86), il est embauché à la CGCT PTT avec son épouse. En déplacement permanent en France pour la construction des centraux téléphoniques PTT, SNCF, Hôpitaux en tant que chef de chantier, son épouse câbleuse accordeuse soudeuse le suit. Ils restèrent 11 ans à Lille (59) PTT CGCT, 6 ans à Paris (75) Bondy PTT, Créteil Hôpitaux puis vint la retraite. Il est resté SWL et, fidèle au REF, il regarde encore avec nostalgie son matériel d’écoute « radio tout en montage amateur bidouilleur, rien en commercial » qui lui a servi dans ses nombreux déplacements, en regrettant de n’avoir pas eu son indicatif F8. Surtout depuis qu’il est retraité dans le 17 à Courçon d’Aunis où il aurait pu profiter encore plus de sa passion.

 

F2AI, REF 8105 présenté par F1DUE.

Dominique Boucheron F2AI est né le 1er mars 1933 à Levallois-Perret (92). Pendant la guerre, le jeune Dominique va comprendre le rôle que joue la TSF dans la société de l’époque. En effet, sa mère qui est dans la Résistance, écoute tous les soirs les messages de la BBC. A l’adolescence, Dominique a le choix entre suivre la passion de sa mère, c’est à dire la musique, ou choisir l’électronique. Le choix est vite fait : Dominique intègre l’école d’électronique appliquée de Clichy (ENREA). A la sortie, il travaille dans un bureau d’étude pour y développer les téléviseurs à grand écran (70 cm) puis il fait son service militaire. Ayant rejoint le 42ème régiment des Transmissions, il partira en Allemagne puis en Tunisie, et enfin en Algérie. Pour ses faits de guerre, il recevra la Croix du Combattant. A son retour, il rentre à EDF où il fera carrière. Il travaillera à la mise en route des trois premières centrales nucléaires françaises à Chinon, puis il terminera sa carrière dans les laboratoires de recherche. Il adhère au REF le 21 février 1952 sous le numéro 8105, parrainé par F8MY. Il passera son examen en juillet 1957 et devient F2AI. Dominique fait essentiellement du trafic en télégraphie sur 20 mètres. Il construira de nombreuses antennes en décamétriques et VHF, car le 72 MHz était très populaire à l’époque. En 1958, il crée le groupe des jeunes OM de Paris et en fin d’année il sera filmé à son QRA pour une émission de télévision avec F8VU afin de présenter les activités radioamateur (télévision). Pendant 6 ans, il lira le bulletin du REF pour le département de Seine-et-Marne, il sera président du département et membre de l’ADRASEC 77 pendant 30 ans. Il sera administrateur au REF, sous la présidence de F9FF. Il est membre fondateur de l’UFT. Il sera aussi administrateur à la FNRASEC. Dominique est toujours membre de l’ARRL et du DARC. Grand amoureux de rugby, il consacre beaucoup de temps à ce sport et se verra décerner la médaille de bronze de la Jeunesse et Sports. En reconnaissance de toutes ses actions dans la vie civile, il a été nommé chevalier de l’Ordre National du Mérite.

 

F5ICY, REF 8405 présenté par TK8GZ.

Robert Allemand F5ICY est né le 4 mars 1933 à Gap, Hautes Alpes. A 11 ans il fabrique un poste à galène, écoute Radio Londres vers 1944, puis sur le BCL familial Grammont qui avait 2 gammes OC plus PO/GO, il écoute les bandes 20, 40 et 80 mètres. En 1948, il entend une station locale : Gabriel Jeanselme F3QU. Il va le voir, et c’est le début d’une passion, avec la construction de son premier émetteur-récepteur avec des composants de récupération, dans un rack en bois, et l’installation d’une antenne LEVY. Autorisé en juin 1951 avec l’indicatif F8UC, il fait de nombreux QSO. Il adhère au REF le 11 janvier 1953 sous le numéro 8405, présenté par André Miolan F8VX et Henri Girard F3MJ. Il est alors étudiant et habite à Gap, dans les Hautes Alpes. Il effectue son service militaire de 1953 à 1955 au 41ème régiment de Transmissions à Fès, au Maroc... Il a gardé son indicatif F8UC jusqu’en 1964, mais après un changement d’employeur, il n’a pas renouvelé sa licence et il perdit son indicatif qu’il n’a pu récupérer lorsqu’en 1993 il a voulu reprendre son activité radioamateur, cet indicatif avait été réattribué en 1966… Nouveau matériel, plus de construction OM mais du matériel commercial avec son nouvel indicatif F5ICY. Actuellement, sa station est la plus ancienne station radioamateur de l’ARDAS (Association des radioamateurs des Alpes du Sud).

 

F3RC, REF 8151 présenté par F1DUE.

Jean Famechon F3RC est né le 14 avril 1933 à Doullens (80). Comme beaucoup de jeunes de son époque, il est passionné par la radio et construira de nombreux récepteurs à galène, puis à lampes (super-réaction ou hétérodyne). Cependant Jean souhaite faire de l’émission, et pour cela il rencontre trois OM qui vont l’accompagner pour faire partie de la grande famille des radioamateurs. Ce sont F8BO, F8JV et F3IC qui parrainent Jean pour adhérer au REF le 1er mars 1952 sous le numéro 8151, et il passera son examen en juillet 1953 pour devenir F3RC. Il construira ses premières stations en utilisant le fameux bloc Colonial 63 et les montages de F3LG. Pour son premier émetteur, il utilisera au PA un tube allemand LF50 qui lui permet de sortir 80 W en AM. Son trafic de l’époque se fait essentiellement en téléphonie. Il contacte ses amis en Indochine et en Algérie, mais il s’intéresse aussi aux expéditions (Paul-Émile Victor explorateur polaire, le commandant Cousteau et sa Calypso). Aujourd’hui, Jean est actif en VHF BLU avec ses amis F9PS, F6HMH... Professionnellement, Jean intègre à 18 ans une société de dépannage et, après une spécialisation à Paris sur les téléviseurs Philips, il fera du dépannage pendant 40 ans. Aujourd’hui, Jean profite de ses neuf petits enfants.

 

F3RI, REF 9320 présenté par F2AR.

Gaston Boulé F3RI est né à Paris en 1928. Encore gamin, il se souvient que son père était passionné de TSF. Plus tard, devenu adulte, il retrouve dans un coin du grenier son matériel et essaie de le faire fonctionner, sans résultat. Cela l’intrigue de plus en plus, jusqu’à ce qu’il réussisse à sortir un son d’un poste à galène, et par la suite, à faire fonctionner un récepteur à lampe alimenté sur secteur. En 1948, ses obligations militaires le mènent en Tunisie, dans les transmissions. Il est surpris devant l’abondance de matériel sophistiqué de toutes tailles. Avec de bons instructeurs, il prend confiance et maîtrise l’ensemble du parc. Il se familiarise avec la graphie. Il a le sentiment que le virus de la radio l’envahit, il songe à la construction d’une station à son retour, les surplus et la littérature étant abondants à cette époque. De retour à la vie civile en 1949, il sera employé comme maquettiste dans un laboratoire d’équipements électroniques. Dans une bonne ambiance avec les ingénieurs qui l’entourent, il remarque un jour une personne, Marcel Villain, qui s’intéresse à ses lectures sur la technique de l’émission d’amateur. En fin de journée, il lui apprendra la télégraphie en échange de cours d’électricité et de mathématiques. Leurs ambitions communes sont alors définies : réaliser une station et devenir radioamateurs. Ils s’inscrivent au REF en 1956, n° 9320 pour Gaston et 9321 pour Marcel. « Le 14 avril 1956, nous passons ensemble l’examen avec succès. Je deviens F3RI et Marcel F3GM. Nous en informons immédiatement le REF pour figurer avec joie et fierté dans les colonnes des nouveaux indicatifs du mois. Maintenant en retraite, mon passe-temps favori est toujours resté le même : la Radio ».

 

F9ID, REF 8329 présenté par TK8GZ.

Gilles Rowe F9ID est né le 30 septembre 1932 à Montmorency (Seine et Oise). Il a adhéré au REF le 29 septembre 1952 sous le numéro 8329, présenté au REF par Jean Louis Bernicot F9QU. Alors étudiant et SWL, il habitait avenue de la République à Montmorency. Il a fait carrière comme technicien à l’aéroport d’Orly. Il a obtenu l’indicatif F9ID en 1954, il habitait alors à Deuil-la-Barre (78). Dans les années 70, il participait aux QSO de section du Val d’Oise. Il était très actif en HF, télégraphie et phonie, jusqu’à ce que des problèmes de santé lui fassent quitter son pavillon pour un appartement en EPHAD à Louveciennes… où il attend toujours chaque mois avec impatience son Radio-REF.

 

F6FDK, REF 9111 présenté par F1DUE.

Bernard Bourdonneau F6FDK est né le 19 janvier 1929 à Lusigny (03). Il a commencé sa carrière professionnelle en tant qu'ingénieur en télécommunications au Commissariat à l'Énergie Atomique, puis, il a été ingénieur de recherche en astrophysique. Sa fonction était l'observation d'étoiles Be qui sont très importantes dans la recherche des origines de l’univers. Il faisait de la recherche fondamentale pour l'Éducation Nationale et le CNRS. Cette activité lui a permis de travailler dans de nombreux observatoires, l'observatoire de Paris et celui de Haute-Provence pour l'hémisphère Nord, et celui de La Silla (ESO : Observatoire Européen Sud) au Chili pour l'hémisphère Sud. Pour son travail de recherche, qui a été déterminant à l’époque, il a reçu les Palmes Académiques. Ses déplacements au Chili lui ont permis de trafiquer sur l'île de Pâques avec l'indicatif CE0A et sur l'île Robinson Crusoé avec l'indicatif CE0Z. Grâce à son trafic intense et varié sur les bandes radioamateur, Bernard a obtenu de nombreux diplômes nationaux et internationaux. Il a fait partie pendant de nombreuses années du CA du REF 17, où il exerçait la fonction de QSL-Manager. C’est en 1949-1950, au cours de sa préparation militaire, que Bernard découvre les radioamateurs. En effet, le formateur, un OM, faisait de la publicité pour devenir radioamateur. Bernard a été ensuite radio dans l'Armée de l'Air, notamment à Brazzaville. Il a fait un peu de trafic avec un ami radioamateur. C’est en mars 1955 que Bernard adhère au REF sous le numéro 9111. À son retour en France, il prépare l’examen de radiotélégraphiste qu’il passera avec succès en 1967. Bernard était passionné par les diplômes. Il a notamment le Diplôme des Terres Australes, celui des Provinces Françaises, le DUF, le WAC... mais aussi la médaille des radioamateurs du Chili. Il avoue aujourd’hui que c’était un gros travail d’aller à la chasse aux indicatifs, mais il ne regrette pas les heures passées devant son manipulateur ou son microphone.

 

F3PZ, REF 7344 présenté par F2AR.

Claude Piot F3PZ est né le 19 octobre à Paris (75). Il adhère au REF le 1er juin 1950 sous le numéro 7344. Je me souviens de ce jeudi de l'Ascension, en mai 1949 où, en visite à la Foire de Paris, je tombais en arrêt devant le stand du REF. Une station de construction entièrement amateur, à tubes bien sûr, une antenne de fortune et un opérateur qui, dans son micro cristal, parlait avec ce que je considérais être le bout du monde. J'allais avoir 19 ans… De retour chez mes parents, je pus écouter dans la gamme ondes-courtes du BCL familial les émissions de cette station que je venais de voir. Puis j'en entendis d'autres. Je fus dès ce moment contaminé par ce virus que l'on dit indestructible et qui, en effet, depuis soixante-huit ans m'a rendu dépendant d'un mal reconnu : LA RADIO. J'ai très vite adhéré au REF en 1950 (N° 7344), acheté un contrôleur universel avec mes maigres économies, un fer à souder et commencé à me battre avec le schéma du récepteur O.V.1 paru dans la revue. Que de déboires ! Que de difficultés ! On ne dira jamais assez combien le débutant isolé peut être dérouté par de petits riens qui prennent pour lui des proportions considérables. Il n'y avait pas à l'époque de radio-clubs, peu de marchands de composants, et il n'était pas si aisé de connaître d'éventuels OM voisins. Des années passèrent, avec des hauts et des bas. La chance vint lorsque dans l'immeuble face au mien s'érigea un beau jour une GPA. C'était Jean Richard F8XF, qui sut me donner l'impulsion nécessaire pour que je m'y mette sérieusement, avec son aide. Des réalisations virent le jour : le grid dip, le modeste récepteur à super-réaction, puis l'émetteur avec 6L6 au final, accord par circuit Collins et modulation plaque-écran par 6V6, choke-system. J'oubliais : VFO E.C.O. d'un manque de stabilité difficile à imaginer de nos jours. Mais j'avais appris la télégraphie, passé l'examen (merci Monsieur Sigrand), obtenu mon indicatif en 1961… J'étais heureux, je faisais des QSO ! Les années passant, les heures de loisir se faisant plus rares, il fallut sacrifier une partie des activités. Le stylo remplaça souvent le fer à souder, et le chéquier la schémathèque. Au bénéfice exclusif de la seule chose intouchable : le trafic, notre raison d'être. Ma profession d'hôtelier ne m'a pas permis d'avoir une antenne performante, aussi le DX n'était-il pas souvent au rendez-vous. Ce n'est qu'arrivé à l'âge de la retraite que j'ai pu m'équiper sérieusement et trafiquer comme un grand. 328 pays DXCC, c'est honnête… Actuellement je sévis dans les modes digitaux ce qui prouverait, s'il en était besoin, que je ne reste pas à la traîne. En soixante-huit années, j'ai souvent vu le REF contesté, son président vilipendé, son avenir mis en doute, son passé mis en cause… Cependant, envers et contre tout, fluctuat nec mergitur. Et alors que nous avons à présent notre maison des radioamateurs à Tours, je garde le souvenir de madame Rosier qui, dans nos modestes bureaux du boulevard de Bercy, savait tout, pensait à tout, faisait tout. De madame QSL chez qui, à Versailles, transitait tout notre courrier. De F9OE qui, dans l'incroyable désordre de son bureau, trouvait le moyen d'être efficace. Merci à eux, merci aux autres, merci à tous ceux qui ont permis que je devienne, que je sois, que je reste radioamateur.

 

F8YO, REF 6769 présenté par F2AR.

Jacques Courty F8YO est né à Corbeil en 1932. C’est au cours de ses études au lycée de Saint Jean de Passy, grâce à une bande dessinée de « Tintin et Milou », qu’il prend à 17 ans contact avec la radio. Il s’inscrit au REF en 1949 (REF 6769). Avec les conseils de Jacques Talayrach F9QW de Corbeil, il réalisera ses appareils, de la conception du schéma à la réalisation du châssis et du câblage. Il passera sa licence en 1951 et recevra l’indicatif F8YO. Il poursuivra ses études de droit pour devenir notaire et succèdera à son père, notaire à Corbeil. Il fréquentera le bureau du REF de cette époque et participera au tri des cartes QSL. Diplômé notaire, il sera appelé en 1953/54 comme militaire en Allemagne, au 40ème bataillon des transmissions à Fribourg, puis, en 1956/57, en Algérie, au 224ème B.I. à Tizi-Ouzou et y rencontrera Jean Marie Gaucheron F3YP. En 1960, il obtiendra à Agen le CIA (Certificat Inter Armes). Après 27 mois d’armée, il terminera adjudant des Transmissions. Il se mariera en 1958 et sera papa de trois garçons. Après plus de 30 années à la tête d’une étude de notaire de 46 clercs à Corbeil, il devient notaire honoraire en 1993. Actif en DX, en CW et Phonie durant les faibles temps de loisirs que lui permet sa vie professionnelle, il utilisera divers postes de fabrication commerciale et une beam. Il a 337 pays confirmés au DXCC et pratiquement tous les diplômes radioamateurs. En retraite depuis 1993, Jacques est moins actif en DX que par le passé. Il partage son temps entre son jardin de Soisy-sur-Seine, le Loiret et Carnac (56). Il participe toujours au club des Collectionneurs sur 80 mètres.