Le REF décerne pour la huitième année sa médaille d’Honneur à ceux de ses membres les plus anciens et les plus fidèles depuis les soixante dernières années. Cette médaille a déjà été attribuée à 89 d’entre eux de 2008 à 2014.
La médaille 2015 est décernée à douze de nos grands anciens, membres de l’association, qui satisfont aux trois conditions suivantes : être né avant 1er juin 1931, avoir adhéré au REF avant le 30 septembre 1954 et avoir cotisé à l’association sans interruption jusqu'à l’année 2014 incluse.
Le résumé du parcours radioamateur de chacun de ces grands anciens, tel que le Service Historique du REF a pu le recueillir avec l’aide des représentants départementaux, est publié dans ce numéro de Radio-REF, et il pourra être consulté sur le site du REF à la rubrique du SHREF.
La médaille d’honneur 2015 leur sera remise à eux–mêmes ou à leurs représentants s’ils ne peuvent être présents, par le président du REF lors de l’AG qui se déroulera à la Cité de l’Espace de Toulouse  le 31 mai 2015.
 
Les récipiendaires sont cette année :

Jean BURGER F8MS, Yves LE CLOËREC F9XL, Jean OPDERBECK F9VT, Félix MATTON F3VT, Pierre LALLEMAND F-7055, Jacques PASCAUD F6BLH, Jean-Claude FOURET F8GB, René REDON F-7450, Michel LAGROT F3OA, Jean BOUCHARD F2BJ, Georges ICHER F8SB, Albert DOUROU F2DA/FO5JR.

 

REF 5648

Jean BURGER F8MS est né le 2 janvier 1931 à Troyes (Aube). Il a quitté l'école après le brevet, à l'âge de 16 ans, pour travailler comme bonnetier. La ville de Troyes était alors la capitale de la bonneterie française. Il a très vite été attiré par la radio en construisant son premier récepteur, avec lequel il s'est mis aussitôt à l'écoute du trafic radioamateur. Il a fait la connaissance des OM du Radio-Club de l'Aube, dont André Moine F3QF et Jean Emery F9DO, qui l'ont parrainé pour adhérer au REF à 17 ans le 1er janvier 1948, sous le numéro 5648. Il a alors entièrement construit sa première station radioamateur, émetteur et récepteur, et passé avec succès son examen d'opérateur, fin 1950. Il a obtenu son indicatif F8MS le 21 février 1951, indicatif redistribué après Louis Rouhier qui en avait été le précédent titulaire de 1936 à 1939. L'administration des PTT redistribuait alors les indicatifs F3 et F8 qui se trouvaient sans affectation, avant d'attribuer la série des F9, dont les tous premiers F9A avaient déjà été donnés en 1939. Il a fait son service militaire, en 1951 et 1952, dans l'armée de l'air, en passant ses six premiers mois à l'école des opérateurs radio de Fès au Maroc, dont il est sorti sous-officier radio spécialisé en télégraphie. La suite de son service s'est ensuite passée à la base aérienne de Romilly sur Seine et à celle de Barberey dans l'Aube. De retour à la vie civile et à sa profession de bonnetier, il a perfectionné sa station radioamateur avec l'aide de F9DL, et il a donné des cours de télégraphie aux membres du Radio-Club de l'Aube. Il a remplacé sa première station par une seconde, puis une troisième, chaque fois plus perfectionnée et toujours 100 % fabrication maison. Il a beaucoup trafiqué à cette époque, mais presque uniquement en télégraphie. Il s'est marié en novembre 1952.  Après son service militaire, il a d'abord travaillé comme vendeur dans un garage automobile. Puis il a changé de profession en faisant les études de médecine nécessaires pour devenir en 1960 délégué médical, profession qu’il exerça pendant 30 ans. Cette activité l'a amené à parcourir en voiture le département de l'Aube, puis progressivement à prendre la responsabilité de huit départements pendant sa carrière. En voiture du lundi au samedi, il faisait beaucoup de kilomètres, parfois 100 000 par an, soit plus de 2 millions de km en 30 ans, pour visiter sa clientèle de cabinets médicaux, ce qui pendant cette période lui laissa peu de temps pour son activité radioamateur. Il a pris sa retraite en 1990 et a alors modernisé sa station en l'équipant avec des transceivers modernes et une beam 4 éléments, pour reprendre son activité de radioamateur passionné de CW en décamétrique. Il a 345 pays confirmés pour son DXCC. Il s'est mis à la phonie en VHF pour pouvoir contacter ses copains sur les relais, et particulièrement via celui de Montgueux.  Il a construit à Troyes non seulement ses stations radioamateurs, mais aussi sa maison et sa piscine. Malgré de gros problèmes de santé, à l'âge de 84 ans, il est toujours un OM actif passionné de télégraphie et fidèle membre du REF depuis plus de 67 ans. Marié en novembre 1952, il vient donc de fêter son 62ème anniversaire de mariage avec Maryse. Ils ont eu 3 enfants, 7 petits-enfants et 5 arrière-petits-enfants. Il a habité à Troyes toute sa vie, et réside dans son actuelle maison depuis 1960.

 

 

REF 5917

Yves LE CLOËREC F9XL est né à Vannes (Morbihan) le 20 mars 1930. Dès son enfance, il a toujours été tenté et intéressé par l’électricité, à la sortie de la guerre, dans un pays en ruine, dans une famille réfugiée. A une période où il n’était pas possible d’entreprendre des longues études, il trouve une place d’apprenti chez un patron et s’inscrit pour suivre des cours par correspondance à l’Ecole Centrale de TSF de la rue de la Lune à Paris, dans le but de devenir radio-technicien. Il adhère au REF le 13 mars 1948 sous le numéro 5917, présenté par F3RH. Il habitait 16, rue Bouvet à Lorient (56). A une époque où il n’y a pas de radio-club, il profite des cours de télégraphie donnés par un ancien radio de la marine nationale dans le cadre de la préparation militaire qui a lieu dans l’ancienne caserne du 137ème Régiment d’Infanterie de Lorient, est c’est le 16 mars 1949  qu’il obtient son certificat avec l’indicatif F9XL. Il vient d’avoir 19 ans…
Sa station se compose d’un BCL home made, avec un émetteur piloté par quartz des surplus américains sur 7 MHz et une 6L6 au PA permettant de faire du 20 et 40 mètres. Avec un push-pull de 6V6, la puissance est d’environ 15 watts HF avec antennes Hertz avec prise au tiers, une pour l’émission une autre pour la réception. En mai 1950, appelé pour son service militaire, il arrête provisoirement son activité radioamateur pour partir au Maroc affecté au 31ème Régiment du Génie à Port-Lyautey. Après 17 mois de service militaire et 18 mois d’activités civile comme dépanneur radio à Casablanca, il rentre en France pour retrouver Lorient, sa famille, sa station, le travail qui l’attend chez son ancien patron et … celle qui va devenir son épouse.
Ce séjour dans l’Empire Chérifien lui a permis de rencontrer plusieurs amateurs marocains et plus particulièrement CN8MZ de Rabat, grand DXman qui lui offrit la possibilité d’utiliser sa station et l’initia au DX. Aussi, dès son retour en France, sa première préoccupation fut de construire une nouvelle station avec un TX multi-bandes et un récepteur de trafic digne de ce nom.
En 1956, il est contacté grâce à sa licence radioamateur par une importante usine de fabrication de papier du Sud Finistère pour y prendre en charge la mise en service d’équipements électroniques nouvellement arrivés des USA. Il est embauché à temps complet en 1957 pour se charger de toute la partie électricité-contrôle-automatisme et régulation.
De ce fait, en 1960, il quitte Lorient pour Quimperlé et réinstalle sa station dans une cabane de jardin au pied d’un château d’eau offrant une situation bien dégagée. Il monte une station pour le 144 MHz, toujours home made, convertisseur 144/146 MHz en 19/21 MHz émetteur 10 watts avec une QQE3/12, 3 fréquences quartz plus un VXO et au PA une QQE 06/40 sortant environ 60 watts.
Le 1er mai 1960, il est élu président de la section 10 du REF comprenant les départements 11-29-35-56. Il succède à Etienne CHAUVIN F8XY, poste qu’il occupe pendant quatre ans.
Avec l’apparition sur le marché de matériel spécifique pour les radioamateurs, son temps libre ne lui permet plus de réaliser lui-même ses équipements. Il précise avec nostalgie «  j’ai donc sacrifié à la nouvelle tendance et sorti mon chéquier ». Première acquisition en 1972 d’un transceiver Kenwood TS510, remplacé en 1977 par un TS 820 accompagné de son VFO séparé VFO 820 acquis spécialement pour contacter en mars 78 l’expédition sur Clipperton qui travaille en split…
Après 35 ans passés dans la société qui l’avait contacté en 1957 où il a exercé une activité de chef de département, avec une vie professionnelle riche et variée durant laquelle il a pu se tenir au courant de l’évolution des techniques et du matériel, il a pris sa retraite en 1993 et fait l’acquisition du TS 950SDX, toujours en service.
Il a un palmarès d’OM honorable avec le DXCC obtenu en septembre 1960 avec 105 contrées confirmées en mixed, 104 en CW, 1 en phonie. A ce jour = 1 Honor Roll ; Mixed 340/362 ; Phonie 317/325 ; CW 338/350 ; Challenge 228/2280 ; 5 BDXCC+17+12+30…
Il précise «  J’ai maintenant presque 85 ans et je suis toujours « radioactif », n’en déplaise aux écolos ! Mon activité favorite est toujours la CW et la chasse aux DX… Mais je ne monte plus à mes pylônes ! »
Il termine la présentation de son parcours d’OM et professionnel en précisant « avoir eu la chance et le plaisir de rencontrer des gens remarquables auprès desquels j’ai beaucoup appris…Transmettre mon savoir et mon expérience fut pour moi un devoir et une source de grande satisfaction… et c’est aussi assurer l’avenir »

 

REF 5908

Jean OPDERBECK F9VT est né le 3 mai 1931 à Caen. Il fait ses premières classes de radioamateur sur la station 8KUZ montée par son père. C’est une station performante très écoutée par les futurs OM du Calvados et de l’Ouest qui attendent impatiemment leur licence.
Jeune étudiant, Jean adhère au REF en 1948 sous le numéro REF 5908, et il est autorisé avec l’indicatif F9VT le 1er janvier 1949. Ses parrains étaient Jean Hébré F8WL, et Jean Lavenne F9EL.
Jean prend la succession de son père à la tête de l’entreprise d’émaillerie située à Thury-Harcourt (14).
Rappelé lors des événements en Algérie de 1956 à 1957, Jean contacte le QSO de la 8ème section (Calvados – Manche – Orne) sur 80 mètres avec un SCR 399 très QRO de l’armée et maintient ainsi le contact avec la métropole.
Il devient président de la section REF en 1966 et quitte ses fonctions, remplacé par F6BYN, en 1973.
Jean a assuré la diffusion du bulletin du REF et dès le départ s’est beaucoup dévoué pour le relais VHF du Calvados. Il faisait partie de l’équipe qui a mis au point le matériel donné par F6EMW et qui fut implanté en divers sites du département. Jean participa toujours à toutes les installations. Il a effectué beaucoup d’interventions en tandem avec F2UW, quelles que soient les conditions atmosphériques.
Jean a mis au point la transmission en RTTY, en modulant la porteuse en déplacement de fréquence du relais. Le système marchait très bien et permettait le fonctionnement en simultané du relais en phonie et en RTTY. Il n’y avait que deux installations de ce type en France à l’époque.
Aujourd’hui, Jean participe toujours au QSO quotidien sur le relais VHF de Jurques, restant informé des nouvelles départementales, et écoute les bandes décamétriques. Depuis son entrée dans le monde amateur, Jean a toujours œuvré pour les radioamateurs de la section et pour le REF.

 

REF 5986

Félix MATTON F3VT est né le 10 mars 1931 à Nice. Passionné par le radioamateurisme, il adhère très jeune au REF. Il est membre de l’association sans discontinuer depuis le 1er avril 1948 sous le numéro 5986.
Après avoir travaillé dur pour obtenir son indicatif, Félix devient F3VT en 1950. Ce fut pour lui un bonheur fou de rentrer dans la grande famille des radioamateurs ! Très vite, il va faire de nombreux QSO en télégraphie avec un ensemble émetteur et récepteur qui était des plus rudimentaires car construit en grande partie avec du matériel de récupération, mais ça fonctionnait. De plus, l'alimentation secteur courant continu 110 volts posait d'autres problèmes !
Rétrospectivement, Félix pense que ce fut la période la plus passionnante de sa vie de radioamateur. La suite est tributaire d'une carrière itinérante de fonctionnaire, avec de nombreux déménagements dans des résidences où le montage d'antennes n'allait pas de soi.
Enfin, la retraite tant attendue arrive et va lui permettre de reprendre de l’activité, la maison à la campagne lui permettant de tirer des grandes antennes filaires sur son terrain... Et il va avoir du temps pour un trafic plus soutenu.
Le radioamateurisme lui a donné beaucoup de satisfaction, mêlant la technique et les rapports humains. Plus de soixante ans d'activité lui ont permis de nouer de nombreuses relations amicales. F3VT souhaite pouvoir contacter encore longtemps les OM français, mais aussi étrangers, principalement en télégraphie.

 

 

REF 7055

Pierre LALLEMAND F-7055 est né le 15 mai 1929 à Colombes. Alors qu’il n’a que 7 ou 8 ans, il s’émerveille devant l’installation électrique réalisée par son oncle et devant la TSF familiale. Puis arrive la période de l’exode où il est obligé de partir avec sa mère, sa grand-mère et ce qu’il a de plus précieux : son poste à galène dans la poche. Il écoute les émissions de radio et les messages de Londres grâce aux antennes cadre qu’il construit toujours plus performantes pour éliminer les brouillages. Son expérience, il la met au service de ses voisins. A la fin de la guerre, Pierre écoute les émissions de radio sur un BC 321 récupéré auprès d’un militaire américain, et dont il réalise l’alimentation secteur. C’est à cette période qu’il découvre le trafic des radioamateurs, en écoutant les QSO des OM autorisés ou des indicatifs noirs.
En 1947, il entre à la société Radiotechniques à Colombes comme mécanicien-électricien et se spécialise dans la fabrication des tubes électroniques. A cette époque, Pierre découvre notre association de radioamateurs et fait connaissance d’OM comme Lucien Duhamel F8IA qui le parraine pour son adhésion au REF le 1er mai 1948 sous le numéro 7055. A cette époque, il habite rue Maurice Berteaux à Bezons (Seine et Oise), il fréquente Marcel Lagrue F8KW qui habite Nanterre.
Après sa passion pour la radioélectricité, il se tourne vers la télévision. En 1950, il entre à la Compagnie des Compteurs à Montrouge, où il connaît trop brièvement René Barthélémy, son laboratoire de recherche sur la télévision et le premier studio de télévision. La société est rachetée par Schlumberger et il termine sa carrière professionnelle à Massy comme responsable assurance qualité. Toujours passionné d’écoute radio et de technique, il habite à  Orsay (91) où il est ami  dePierre Guinebault F9QJ. Fidèle à notre association et à notre revue papier, il conserve précieusement sa collection de Radio-REF. Dans ses archives consultées avant notre entretien téléphonique, il retrouve avec nostalgie la demande pour obtenir sa licence radioamateur qu’il avait remplie il y a bien des années sans jamais l’envoyer, faute de temps, pris qu’il était par sa famille et ses activités professionnelles !

 

 

Jacques PASCAUD F6BLH est né le 23 juin 1930 à Paris 12ème. Il a adhéré au REF le 27 juillet 1949  sous le n° 6757, il était alors à l’Ecole TER de Porquerolles (Var) comme apprenti radio.
Il a fait carrière dans l’Aéronavale comme radio navigant. Passionné de radiocommunication, il devint radioamateur avec l’indicatif F6BLH en 1972. Après l’Aéronavale, il entra dans la Banque avec une passion qu’il garda de la radio et qu’il fit partager à sa famille lors de ses vacances, avec ses antennes sur le toit de ses voitures et le trafic en mobile qui laissa de nombreux souvenir plus cocasses les uns que les autres à son entourage, ou à son QRA avec ses équipements prenant une place importante avec des antennes très peu discrètes et un réveil matinal régulier à 8 h 00 de toute la famille pour l’écoute des fréquences et les QSO matinaux, sans oublier le classement des cartes QSL… Malheureusement, un AVC l’a contraint il y a quelques années à ne plus faire que de l’écoute, avec l’aide de ses enfants, dans sa chambre encore encombrée de ses équipements radio, et ce jusqu’à il y a quelques jours à son domicile de Marcilly en Villette qu’il a été contraint de quitter pour rejoindre le domicile de ses enfants…

 

 

REF 7294

Jean-Claude FOURET F8GB est né le 21 mai 1931 à Conflans Sainte Honorine (à l'époque Seine et Oise, maintenant Yvelines). Il y a fait ses études secondaires jusqu'au Baccalauréat, puis ses études supérieures à l'Ecole Française de Radioélectricité, à Paris, dont il est sorti ingénieur. Il a rapidement attrapé le virus radioamateur, contaminé par F9ZX, son voisin à Eragny sur Oise, et par sa participation aux réunions hebdomadaires de la section centrale du REF, chaque samedi au café du Globe, boulevard de Strasbourg à Paris. Il a adhéré au REF le 18 mai 1950 sous le numéro 7294, parrainé par Louis Maguet F3FR et Raymond Foury F3SC. De radio-écouteur, il est devenu radio-émetteur en obtenant sa licence et son indicatif F8GB fin 1950 (indicatif précédemment attribué à Marcel Donnet de 1929 à 1931, puis à Louis Schotte de 1932 à 1939). Il a fait son service militaire, puis une école d'officier de réserve, dans l'armée de l'air, d'octobre 1954 à mars 1956. Il en est sorti officier spécialisé radar. Il a ensuite travaillé au CNRS, à l'observatoire de Meudon, avec l'astronome Audouin Dolffus, pour coordonner les liaisons radio (avec le réseau d'urgence de F8EL) lors de son ascension stratosphérique pour mesurer la vapeur d'eau de la planète Vénus (voir Radio-REF de juin 1959). Il s'est marié en 1961, puis a complètement changé de profession en reprenant la société agro-alimentaire familiale, spécialisée dans les huiles végétales. Il a quitté Conflans Sainte Honorine en 1961 pour venir habiter et travailler à Saint-Fort, près de Château-Gontier, dans le département de la Mayenne, où était implantée cette société. Il a été membre et secrétaire du C.A. du REF de 1957 à 1961, sous la présidence de F9AA, puis de F9VR. Pendant cette période, il a écrit de nombreux articles techniques dans Radio-REF, sur la radiogoniométrie, les antennes pour mobiles, les transistors. Il a tenu les chroniques des analyses de revues, des bibliographies, et fondé la rubrique des écoutes scientifiques. Il a représenté le REF aux conférences IARU de 1956 à Stresa, de 1957 à Bad Godesberg, de 1960 à Folkestone et de 1963 à Malmöe, dans les commissions techniques et VHF. Il a participé à l'expédition VHF de l'Aiguille du Midi en 1958 (voir Radio-REF de novembre 1958).  Il a reçu le mérite du REF en 1960. A ensuite suivi une longue période pendant laquelle son activité radioamateur a été mise en veilleuse, du fait de ses responsabilités professionnelles, jusqu'à son départ en retraite en 1996. Il est alors redevenu très actif dans toutes les bandes radioamateurs. Il a obtenu les DXCC, de 160 m à 6 m, avec le score, à ce jour de 2015, de 339 pays confirmés. Il est membre du CDXC. Il a plusieurs autres hobbies. Dans l'aviation, il est membre de l'EAA et il a volé sur T6, sur T28 et sur SF230. Il est actif en radiocommande de modèles réduits et il a été président de l'Aéromodèle Club de Laval de 2000 à 2010. Il est membre du Rotary International et fondateur du Club de Château-Gontier. Il a un fils et deux petits-enfants avec lesquels il joue du piano et de la guitare. A 83 ans, il habite toujours la même maison à La Galaxie Saint-Fort, près de Château-Gontier, où il expérimente ses antennes depuis plus de 50 ans.

 

 

REF 7450

René REDON F-7450 est né le 31 juillet 1930 à Villeurbanne (69). Son père, professeur technique passionné de radio, construisait lui-même des postes récepteurs expérimentaux  et entretenait des relations suivies avec d’autres amateurs locaux de Nîmes (30), dont un radioamateur. René a  grandi  « dans l’atmosphère de la pince à câbler, des lampes de la série 6F6 ou 5Y3, du fer à souder et des batteries d’accus». C’est donc tout naturellement qu’au lycée, sur les conseils d’un de ses enseignants, il s’est attaqué à la construction d’un convertisseur OC pour le BCL familial qui lui permit l’écoute de la bande des 40 mètres et fit découvrir  le monde des radioamateurs et leur existence à Lyon, où il était étudiant. Passionné par cette pratique, il prit contact avec Paul Tabey F8KU, professionnel radio constructeur, qui l’encouragea et lui présenta Pierre PASCAL F3WE, son voisin du 61, avenue Félix Faure où il demeurait. Il adhère au REF le 2 septembre 1950 avec le n° 7450,  parrainé par ces deux OM.
Il se souvient « avoir été subjugué de voir trafiquer F3WE sur sa station construite par lui-même  dans un rack imposant. La 100TH au PA dont la plaque rougissait en fonctionnement l’impressionnait. » (Elle a été décrite dans Radio-REF).
Un camarade de faculté, André Claverole, ayant passé sa licence (F8ES), l’initia aux bases du trafic  sur l’air et lui fit connaître le Handbook de l’ARRL, devenu son livre de chevet.
Il précise : « J’ai suivi avec intérêt les activités de la section REF du Rhône avec l’aide de F3KF, de  F9LN et de F9HX dont j’apprécie toujours les (trop rares) communications dans notre revue. C’est par lui que j’ai pu admirer pour la première fois un transistor au PA. C’est aussi par F3YU que j’ai pu aborder la radiocommande. Plus intéressé par la technique que par le trafic, j’ai concentré mon intérêt sur mes générateurs BF et HF, mes montages et bientôt la gravure des circuits imprimés. Lors de l’ouverture du radio-club de Lyon-Fourvière, j’ai pu apprécier à la fois la technicité, par exemple celle de Georges F5DFN, et aussi la convivialité de l’accueil, par exemple de Jean F6CUD. Comme beaucoup, je me suis alors tourné vers le trafic VHF et les communications par relais. J’admire le trafic DX ou le moon-bounce (cf. mon ami F8OP) mais cela me paraît à la fois difficile et demandant un investissement personnel trop important. »
Il est resté SWL passionné, avec un ancien indicatif d’écouteur F11HYV sous lequel il est enregistré à l’ARRL dont il est toujours adhérent.
Il s’est consacré à une carrière professionnelle d’enseignant, professeur de mathématiques au Lycée de Villefranche sur Saône (1956-1961), enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences de Lyon (1961-1967), puis à l’Université Claude Bernard de Lyon 1 (1968-1996). Il enseigna les mathématiques, l’électronique de base,  l’informatique et réseaux.
Il est docteur ès sciences, chevalier de l’Ordre National du Mérite, médaille d’Or de la Mutualité Française.
A sa retraite, il s’est retiré en Isère, à St Etienne de St Geoirs, où il consacre l’essentiel de ses  activités à des associations de défense des personnes handicapées, tout en restant fidèle à des événements REF tels que les liaisons ISS, HAMEXPO ou  ISERAMAT, et  aux diffusions de F8REF.

 

 

REF 8052

Michel LAGROT F3OA est né le 15 janvier 1955 à Alger. Il y fit ses études, entre autres au lycée de Ben Aknoum, section des Beaux-Arts, et devint architecte.
Le 14 janvier 1952, il adhère au REF sous le numéro REF 8052, avec Fernand LAYE FA8CC et René ROUJAS FA3JY comme parrains. A l’époque, il indique dans la rubrique profession, sur son bulletin d’adhésion : « étudiant, éclaireur de France ».
Le 6 novembre 1952, il fait son premier QSO, avec son indicatif « FA3OA » et un émetteur de fabrication maison, et il trafique en télégraphie. Il est actif depuis Alger jusqu’au 3 juin 1962, date à laquelle il est rapatrié en métropole.
Michel s’installe à Hyères, où il exerce la profession d’architecte D.P.L.G. et démarre sous l’indicatif  F3OA un trafic à 100 % télégraphie et le QSO des ex-FA, en SSB. Il possède aussi un brevet de pilote d’avion de tourisme, photo visible sur sa QSL actuelle.
Il s’occupe du « cercle algérianiste », association culturelle des français d’A.F.N., dont il est l’ancien président et l’un des collaborateurs de la revue. Il y a publié d’ailleurs un article sur les débuts de l’émission d’amateur dans l’Algérois.

 

 

REF 8239

Jean BOUCARD F2BJ est né le 26 novembre 1930, à Bessé-sur- Braye.
Il adhère au REF sous le n° 8239 le 1er juin 1952. Ses « parrains » sont Hervé LLOPIS F9JC – REF 7753, radiotélégraphiste et Philippe ANDRE F8VU – REF 7502, radioélectricien.
A cette époque, Jean est militaire dans l’armée de l’Air, à la B.E. 723 d’Auxerre (section radar).
Sa carrière militaire le mène successivement à Tours, puis à Bordeaux. Ensuite, Jean poursuit une activité professionnelle à la Caisse d’Assurance Maladie d’Aquitaine.
Le 9 juin 1974, lors de l’assemblé générale départementale, Jean est élu président du R.E.F. 33, association départementale du REF en Gironde, et reste à la tête de l’association départementale jusqu’en 1981. Il devient ensuite D. R. d’Aquitaine, et il est membre de l’équipe du « Renouveau du REF ». Il devient d’ailleurs alors vice-président  du REF national.
Pour toute son activité déployée et notamment pour l’implication de la région, sous sa conduite, dans la reconstruction du REF, Jean reçoit en 1978 le mérite national du REF, au titre de délégué régional d’Aquitaine.
En 1982, il est décoré, sur proposition du REF, de la médaille de la Ligue du Bien Public et de l’étoile du Mérite Civique, en reconnaissance de l’ensemble de son dévouement, bénévole, pour notre association.
Aujourd’hui, retraité, à Bordeaux, Jean est actif sur toutes les bandes amateurs, HF et VHF et ce dans tous les modes. Il trafique aussi via satellite… Bref, un OM toujours passionné, membre aussi du « Clipperton DX Club » et du « Bordeaux DX groupe ».

 

 

REF 8692

Georges ICHER F8SB est né le 24 avril 1927 à Bou Saâda (Algérie), localité surnommée « cité du bonheur » ou encore « porte du désert », oasis la plus proche du littoral algérien.
Réserviste et sergent dans les transmissions, il découvre le radioamateurisme et notre association. Georges adhère au REF le 12 janvier 1954 sous le n° 8692. A cette époque, il a l’indicatif FA8SB, il est alors instituteur et demeure 12, rue de Metz à Alger. Il est parrainé par Christian Rochu FA3GI - REF 8017 et Pierre Cachon FA9UP - REF 3975.
Revenant d’Algérie en 1962, il se fixe dans le Tarn à Cagnac-les-Mines. Il trafique surtout  pendant les vacances scolaires avec l’indicatif F8SB.
Il exerce son métier d’enseignent pendant trois ans au LEP de Castelnaudary, avec une grande activité en portable due à la difficulté de monter une antenne fixe sur le QRA.
Il termine sa carrière professionnelle au Lycée Technique de Toulouse où il trafique avec la station du lycée.
Arrivé à la retraite, il retrouve son QRA de Cagnac-les-Mines où il profite pleinement de sa station fixe. Ses loisirs l’amènent souvent à rendre visite à Jean F8IL.
Malheureusement, des ennuis de santé l’obligent à revenir définitivement sur Toulouse, restant fidèle aux publications de Radio-REF et à son indicatif qui lui est cher, F8SB.

 

REF 8737

Albert DOUROU F2DA/FO5JR est né le 10 octobre 1928 à Rabat. Il débute sa longue carrière de radio au Maroc et obtient le 5 mai 1948 son brevet d’opérateur radio de l’armée de l’Air, à l’école de Fès. En 1951, il est fonctionnaire de police, et le 17 décembre 1951, il devient inspecteur radio.
En 1952, il obtient son premier indicatif amateur et devient CN8MQ à Mogador, où il donne pendant trois ans des cours d’électronique et de lecture au son pour la préparation aux certificats d’opérateur radiotélégraphiste et radiotéléphoniste… Il adhère au REF le 5 mars 1954 sous le n° REF 8737, parrainé par Georges PROUTEAU – CN8MX et Robert CORNEBOIS – CN8MZ.
En 1956, en attente d’affectation, Albert rentre en France, et il devient « F2DA ». Mais dès 1957, il est affecté à Batna  dans les Aurès comme chef d’une brigade antiterroriste. Il devient alors « FA2DA ». En 1958, il est affecté au secteur de contre-espionnage de Constantine, jusqu’à son retour en métropole en 1960, au Raincy. Ensuite, il va animer pendant 10 ans la section radio de la MJC de Clichy-sous-Bois et s’occupe de donner des cours de lecture au son.
En 1973, affecté en Guadeloupe, il devient « FG7AH » et fréquente les OM jusqu’en 1978, année où, suite à sa mise à la retraite, il s’installe à Septfonds, dans le Tarn et Garonne. Albert ouvre un commerce de photo et récupère son indicatif « F2DA », mais il n’installe pas sa station.
En 1982, Albert quitte la métropole et s’installe en Polynésie Française, à Moorea, pendant trois ans, puis ensuite à Paéa, où il réside toujours. Il avait reçu tout d’abord  l’indicatif « FO8JM », mais suite à erreur de l’administration, il devient « FO8JR ». Dès son arrivée dans l’archipel, Albert s’inscrit au Club Océanien de Radio et d’Astronomie CORA et il va continuer son bénévolat « en donnant, durant de nombreuses années, les cours d’électronique et de lecture au son et en diffusant un organe de liaison entre amateurs, « La Galène », jusqu’au moment où, épuisé par l’âge (j’ai 87 ans), j’ai mis un frein à mes activités de radioamateur » (lettre de FO5JR).
 Albert est aujourd’hui un peu moins actif, avec sa station ICOM 707 et son antenne ASAHI 33. Cependant, il est inscrit volontaire pour participer au plan ORSEC.
En 2014, pour l’ensemble de son activité radio et DX, Albert a reçu le « mérite » du Clipperton DX Club.