A la fin de la seconde guerre mondiale, la France constitue une vaste base arrière pour les troupes alliées qui achèvent la conquête de l'Allemagne Hitlérienne. Les Américains disposent d'un nombre important d'établissements en territoire métropolitain, mais aussi dans les possessions Françaises d'Afrique, notament au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Afrique Occidentale.

Les troupes alliées ont besoin d'assurer les liaisons téléphoniques ou radios, et de nombreux opérateurs radios sont déployés dans toutes les unités. Des radioamateurs alliés, Américains et Britanniques en majorité, sont présents sur le sol de France. Dès 1945, ces derniers seront les opérateurs des stations du réseau MARS (Military Amateur Radio Service) de l'armée Américaine (indicatifs en FAA avec un numéro) ou du réseau des stations XA, réseaux qui utiliseront les fréquences des radioamateurs. Le Haut-Commandement Américain et Britannique demande donc à l'administration Française d'accorder aux militaires Américains et Britanniques , possédant déjà une licence d'amateur délivrée par l'administration civile de leur pays d'origine, l'autorisation de procéder à des émissions d'amateur sur le territoire Français.

Ainsi, le gouvernement Français attribuera jusqu'en 1966, date à laquelle la France quitte l'OTAN, toute une série d'indicatifs F7 à deux lettres aux OM des troupes alliées. Il y aura des indicatifs F7 attribués aux OM Américains, Britanniques, Canadiens et Belges.

Nous avons regroupé les QSl en notre possession dans la rubrique suivante. Nous sommes à la recherche de nouvelles QSL pour compléter notre collection, vous pouvez contacter Gérard, F2VX.

La numérisation de certaines cartes QSL est de mauvaise qualité ( quelques ko) et ne permet pas de restituer, dans de bonnes conditions de définition de l'image, la QSL dans l'espace réservé.